#concordiastories: L'histoire d'Ema

Lorsqu'elle avait sept ans, un prêtre l'a trouvée seule dans la rue et a emmené la petite fille au centre St Paul.

"Pourquoi ma mère ne m'aime-t-elle pas ? Pourquoi n'est-elle jamais avec moi ?"

se demandait très souvent Ema. Cette solitude d'enfant sans mère a occupé une grande partie de la vie d'Ema durant ses premières années.

L'histoire de la vie d'Ema a commencé par une enfance triste dans l'un des quartiers les plus pauvres de Bucarest, à Ferentari. Elle y vivait dans un endroit qui n'était rien de plus qu'une cabane sans eau, sans chaleur et sans porte.

Avec son frère aîné, qui souffrait d'un handicap mental et d'une hépatite - et qui est décédé quelques années plus tard, sans qu'Ema puisse se souvenir de la date exacte du décès de son frère - elle vivait là avec sa grand-mère et sa mère.

S'il vous plaît, aidez des enfants comme Ema ! Chaque contribution compte.

 

Mais sa mère était rarement avec elle. Elle ne se souvient presque pas des moments passés avec sa mère. Le père d'Ema est mort d'une maladie cardiaque alors qu'elle était encore bébé. Elle a également deux frères aînés qui vivaient dans des familles d'accueil à Bucarest et qui ne voulaient pas rencontrer Ema ni leur mère commune.

Ema se souvient qu'elle regardait toute la journée des dessins animés sur une petite télévision. Son seul jouet était un pistolet jouet. Parfois, elle allait jouer seule dans le parc. S'il y avait quelque chose à manger, c'était généralement du pain, des sucreries ou des pommes. Ema ne jouait pas avec les autres enfants du quartier, c'était une fille qui vivait très retirée, repliée sur elle-même, timide et apeurée.

La situation d'Ema s'est aggravée lorsque sa mère n'a plus pu soutenir ses enfants et sa grand-mère. En effet, sa mère ne parvenait pas à trouver un travail décent pour leur fournir à tous les quatre de la nourriture.

Un jour, à l'âge de 7 ans, Ema s'est réveillée et a remarqué que sa mère avait disparu depuis plusieurs jours.

Sa grand-mère lui a raconté que sa mère avait quitté le pays pour échapper à des usuriers auxquels elle devait de l'argent. En désespoir de cause, pour subvenir aux besoins de sa famille, la mère d'Ema avait contracté un crédit à des taux usuraires. Lorsque ces hommes ont réclamé le paiement de la dette, ils se sont introduits dans la cabane et ont demandé à voir la mère. Ema était en train de jouer avec le pistolet jouet. Elle a pointé l'arme sur les hommes et s'est imaginée qu'elle allait sauver sa grand-mère et elle-même de ces hommes.

Sans la mère, la vie devenait de plus en plus difficile. Le frère était malade et la grand-mère, en tant que vieille femme, n'était pas capable de les soutenir tous les trois.

Une nuit, Ema s'est enfuie de la maison.

Elle avait 7 ans lorsqu'elle a marché sans but dans les rues de Bucarest et s'est couchée le soir, fatiguée, sur le banc d'un arrêt de bus pour dormir. C'est là qu'un prêtre l'a trouvée et lui a demandé si elle était seule, si elle avait besoin d'un endroit pour dormir.

Le prêtre l'a emmenée au centre Saint-Paul de Concordia à Bucarest. Elle garde un souvenir très vif de son premier jour à Saint-Paul : c'était un endroit confortable et chaleureux, où elle a été accueillie avec gentillesse par tous les éducateurs. Ensuite, elle est allée au parc avec les autres enfants, où ils ont mangé des sandwichs ensemble. Même si elle savait que ce n'était pas sa famille, elle avait l'impression d'être prise en charge par une famille.

Paul, avant que sa grand-mère ne la trouve et ne la ramène dans la baraque où elle était constamment triste. Sa mère lui manquait et elle vivait au jour le jour. Lorsque la vieille grand-mère a décidé qu'il était pratiquement impossible de les nourrir et de s'occuper d'eux deux, elle a emmené Ema dans un centre public pour enfants à Bucarest.

Un nouveau chapitre difficile de la vie de la petite Ema a commencé.

Et avec elle, une vie de nombreux mauvais jours, car dans le centre d'État, elle était maltraitée la plupart du temps et sans raison par les enfants plus âgés et par les travailleurs sociaux. La vie là-bas lui donnait l'impression d'être en prison. Ema est devenue de plus en plus recluse et renfermée. Elle ne réagissait ni aux tâches qu'on lui confiait, ni aux punitions qu'elle recevait. Les éducateurs ont placé la petite fille dans une école spécialisée, pensant qu'elle ne pouvait pas suivre les règles.

Bien que ses capacités intellectuelles fussent grandes, Ema n'a pas eu accès à un niveau d'éducation normal à l'époque. Elle a passé ses quatre premières années dans une école spéciale où elle n'a pratiquement rien appris, ce qui est un début très malheureux pour l'éducation d'un enfant. Ema a passé près de deux ans dans l'institution publique de Bucarest.

Un jour d'été, elle a pris son courage à deux mains. Alors que l'atmosphère et le traitement du centre n'étaient plus supportables, Ema a sauté par-dessus la clôture et s'est enfuie aussi vite qu'elle le pouvait. Cette fois, la police a trouvé Ema, maintenant âgée de neuf ans, dans la rue et l'a ramenée chez sa grand-mère. Mais Ema ne pouvait plus y vivre. Elle a donc demandé à sa grand-mère : "S'il te plaît, grand-mère ! Si tu dois m'abandonner, ne me ramène plus au centre. Ramène-moi à Saint-Paul. C'est là que je veux vivre, parce que les gens me traitent bien là-bas".

Ema est retournée à Concordia et a vécu cinq ans à Saint-Paul.

Son enfance au centre St. Paul a été très agréable. Elle y a trouvé toute l'attention et les bonnes paroles qui lui ont manqué toutes ces années. Elle était toujours timide et ne montrait pas d'émotions, mais elle a commencé à jouer avec les enfants de son âge et à dire ouvertement ce qu'elle aimait et ce qu'elle n'aimait pas. Elle se sentait écoutée. Elle ne se sentait plus prisonnière sans échappatoire. Elle avait l'impression d'être dans une famille.

C'était la période de Noël à Saint-Paul. A cette époque de l'année, les gens apportaient des cadeaux aux enfants vivant dans le centre. Ema se souvient qu'elle était l'un des trois enfants qui ne rentraient pas chez eux pendant les vacances. Alors que les autres passaient Noël en famille, Ema n'avait pas de parents dans sa vie. Ses deux frères aînés, qui vivaient désormais de manière indépendante à Bucarest, ne voulaient pas d'Ema dans leurs maisons.

Un jour, une femme nommée Loredana a visité le centre et a rencontré Ema.

Loredana a apporté des cadeaux et a parlé à Ema. Ema récita un poème. Loredana l'aimait tellement qu'elle a demandé à ce qu'Ema vienne chez elle pour passer Noël avec sa famille. Ces journées se transformèrent en week-ends et autres jours fériés que la petite fille passerait dans une vraie famille, celle de Loredana.

Plus elle apprenait à connaître Ema, plus Loredana était certaine qu'Ema était trop intelligente pour aller dans une école spécialisée. Loredana a donc fait en sorte qu'Ema soit transférée dans une école normale.

Lorsque le centre St Paul a été fermé, Ema a été transférée à la "ferme des enfants" d'Aricesti, l'un des plus grands centres pour enfants de Concordia, un lieu composé de maisons pour enfants aménagées dans la campagne paisible d'un village de Ploiesti. Si elle devait évaluer les endroits où elle a vécu le plus librement au cours des 14 dernières années, Ema dirait que la "ferme des enfants" d'Aricesti était la meilleure.

Elle se souvient de ces années où elle jouait beaucoup dehors, se balançait et regardait la télévision. Certains soirs, elle grimpait sur un toboggan et parlait pendant des heures avec une fille, Alina, de Dieu, de l'école, de la vie.

Pendant le lycée, Ema a passé sa vie d'adolescente à la "Casa Eva" de Ploiesti.

Elle était une élève très consciencieuse et faisait partie des meilleurs de sa classe. Lors de sa dernière année au lycée, Ema a décidé de passer l'examen d'entrée à la Faculté d'aide sociale de l'Université de Bucarest. Sa première année académique a commencé au semestre 2019/2020 et c'est l'année où elle a quitté Bucarest pour s'installer à la "Casa luda" de Concordia, où elle continue de recevoir un soutien financier, de la nourriture et un logement de la part de Concordia.

Elle n'a pas vu sa mère depuis son enfance et elle n'a toujours pas de relation avec ses frères aînés. Mais Ema vit sa propre vie, avec ambition et confiance. Elle espère que les bonnes années vont arriver dans sa vie.

Elle n'a pas vu sa mère depuis son enfance et elle n'a toujours pas de relation avec ses frères aînés. Mais Ema vit sa propre vie, avec ambition et confiance. Elle espère que les bonnes années vont arriver dans sa vie.

Ema veut trouver un emploi et économiser de l'argent pour payer l'hypothèque d'une maison. Elle rêve d'être la meilleure et la plus sensible des assistantes sociales après avoir terminé ses études universitaires. Elle veut apporter son expertise, son soutien et sa confiance à tous les enfants vulnérables afin que ces enfants - comme Ema elle-même - puissent changer leur destin avec un peu d'instruction, de détermination et de travail soutenu.

Dans son âme, Ema a fait la paix avec sa mère.

Ema pense encore beaucoup à sa mère. Elle a compris que sa mère avait dû fuir dans un autre pays pour échapper aux personnes auxquelles elle prenait de l'argent qu'elle ne pouvait pas rembourser. Elle pense au fait que sa mère la cherche et à ce qu'elle ferait si sa mère se présentait devant elle. Que ferait-elle ? Comment réagirait-elle ? Si sa mère venait la voir pour lui demander de l'aide, lui tendrait-elle la main ?

Ema est l'un des enfants dont la vie a radicalement changé pour le mieux grâce au soutien de Concordia. Il existe de nombreux cas au sein de l'organisation, comme celui d'Ema.

Soutenez-nous pour que nous puissions aider des enfants comme Ema. Chaque contribution compte !

Faites un don maintenant !

Newsletter Faire un don