Aide à l'Ukraine

Informations continues sur nos actions d'aide aux réfugiés ukrainiens en Moldavie, en Roumanie et en Bulgarie.

06.05.2022 : Malade, dans un pays étranger

Un mois s'est écoulé depuis l'arrivée de Vita et de ses quatre filles en Roumanie. Elles ne voulaient pas quitter leur maison dans leur petite ville de la région de Zaporozhye, ni être séparées de leurs amis, ni changer d'école. Sans économies, Vita craignait de ne pas pouvoir protéger ses filles, mais lorsque la guerre a atteint sa région, elle a dû jeter ses soucis aux oubliettes et fuir l'Ukraine.

Et soudain, sa vie ne tenait plus qu'à un fil

Ils sont arrivés à Bucarest et vivent depuis en sécurité au centre Concordia. Leur vie a complètement changé en un mois. Mais comme si le traumatisme de la guerre n'était pas suffisant, un autre coup du sort les a frappés. Quelques jours après son arrivée dans notre centre, la vie de Bogdana, la fille aînée de Vita, ne tenait plus qu'à un fil.

Bogdana était enceinte lorsqu'elle a dû fuir, laissant son mari en Ukraine. Tous deux se réjouissaient beaucoup de l'arrivée de l'enfant. Mais tout ce stress et cette pression ont provoqué chez Bogdana une fausse couche qui a mis sa vie en danger.

Elle s'est réveillée dans un pays étranger avec une forte fièvre et des douleurs insupportables. Nos collègues du centre Concordia ont immédiatement agi et ont emmené les femmes enceintes à l'hôpital. Si Bogdana avait encore été en fuite à ce moment-là, elle n'aurait probablement pas survécu au voyage.

Sans savoir ce qui les attendait

Ils sont arrivés dans un pays étranger avec peu de vêtements ou d'argent et ne savaient pas ce qui les attendait ensuite. Vita avait prévu d'aller en Belgique. Mais l'état de santé de Bogdana ne le permettait pas et ils ont donc décidé de rester en Roumanie.

"J'ai très peur que notre appartement n'existe plus si nous rentrons un jour au pays. Et que nos amis qui sont restés au pays ne soient plus là", dit Vita, les larmes aux yeux.

Concordia aide tant que l'aide est nécessaire

Chez Concordia, Vita et ses filles disposent désormais d'une chambre tant qu'elles en ont besoin et reçoivent de la nourriture, des médicaments, des vêtements et des articles d'hygiène. Nos collaborateurs ont aidé Vita à trouver un emploi et peu après, elle a pu commencer à travailler comme cuisinière dans un hôtel de Bucarest.

29.04.2022 : Vigile pascale à Bolohani

Comment célèbre-t-on Pâques quand il y a la guerre dans son pays ? Nous avons rendu visite à une famille réfugiée dans la maison Concordia à Bolohani, en Moldavie.

Trois mères ukrainiennes se tiennent dans la cuisine et préparent les salades traditionnelles, les œufs cuisent sur le feu, l'odeur des légumes cuits à la vapeur et de la mayonnaise flotte dans l'air. Bien que dans leur pays, on tire des bombes et des missiles, on a l'impression d'être un peu chez soi.

L'une des mères s'appelle Liuba, elle nous raconte qu'elle ira à l'église avec ses enfants après minuit pour chercher la sainte lumière. Les enfants vivent ce rituel pour la première fois. Pendant que Liuba prépare tout, elle se remémore des souvenirs de sa grand-mère : "Elle préparait toujours une "okroshka" à Pâques. Il s'agit d'une soupe froide composée de kvas (boisson à base de pain), de viande et de légumes. Elle a un goût à la fois acide et amer". Si l'on écoute la description de Liuba, il devait s'agir de la meilleure soupe du monde. "Après, il y avait toujours des montagnes de nourriture, et ce malgré le fait que ma grand-mère n'avait pas d'eau à la maison. Mais la plus grande joie de ma grand-mère était de voir toute la famille réunie", poursuit la mère.

Liuba parle également du petit village de Bolohani dans lequel ils vivent désormais, et comment il est devenu entre-temps leur maison. Elle est surtout subjuguée par la cordialité des Moldaves : "Il n'a pas été difficile de s'habituer à la vie ici, car nous avons les mêmes traditions, nous parlons tous la même langue et nous sommes ouverts les uns aux autres. Honnêtement, je suis étonnée de la gentillesse des gens. J'ai fait la connaissance de deux femmes âgées qui viendront pour le repas de Pâques et qui apporteront un canard et un poulet. Pouvez-vous le croire ? Une femme qui ne nous connaissait pas il y a encore quelques semaines va chercher un canard dans son propre jardin - elle n'a pas de ferme, juste quelques canards - et elle veut en cuisiner un pour notre fête de Pâques".

Même les jours de fête connaissent des revers

Pendant que Liuba s'affaire dans la cuisine, les enfants jouent dans le salon. Sept enfants au total, âgés de trois à dix ans, ont créé ici leur propre univers, dans lequel ils veillent les uns sur les autres. Ce qui est vraiment surprenant, c'est le calme qui règne ici, pas de bruits de voitures, pas d'aboiements de chiens, pas de télévision, seulement les voix des enfants.

Mais l'ambiance change, il y a quelque chose dans l'air. Liuba entre dans la pièce et annonce aux enfants qu'un bâtiment civil a été touché dans leur pays. Même si les enfants ne comprennent pas encore tout à fait ce que leur mère vient de dire, ils répètent ses paroles.

Cette nouvelle, un jour de fête, est un revers, Liuba s'assure au téléphone qu'aucun de ses proches n'a été blessé.

Ce que les enfants attendent le plus

Vient ensuite le moment le plus attendu par les enfants : le collage des images sur les œufs de Pâques. Pour ce faire, les œufs sont placés dans des autocollants et plongés dans de l'eau chaude, ce qui permet aux images de prendre la forme des œufs. Même quelques enfants musulmans participent. On peut voir la fierté dans les yeux des petits lorsqu'ils sortent leurs créations de l'eau.

Malgré la douleur que les mères portent dans leur cœur en ces temps difficiles, elles font preuve de douceur et d'amour envers leurs enfants, et pas seulement en ces jours de fête.

23.04.2022 : Sortir de la zone de guerre, puis la perplexité règne

Svetlana et sa famille ont fui Odessa, d'abord vers la Moldavie, puis vers la Roumanie, et ensuite ? On ne sait pas encore où ils vont construire leur nouvelle vie.

"Nous partirons d'ici en vous gardant dans notre cœur. Grâce à votre humanité, votre attention et vos soins, nous avons la force de continuer - jusqu'à ce que nous nous installions quelque part et trouvions un nouveau foyer".

Les mots de Svetlana nous ont émus aux larmes. Nous sommes ici pour aider les réfugiés ukrainiens de toutes les manières possibles, sans aucune attente. Notre seul souhait est de les voir un peu plus sereins et confiants quelques jours après leur arrivée à Concordia, car les inquiétudes concernant leur avenir et celui de leurs enfants sont grandes.

Svetlana, son mari et leurs enfants Domir et Xenia viennent d'Odessa. Ils y avaient une belle vie, habitaient dans un petit appartement, mais neuf et confortable. La mère tenait un magasin d'articles d'extérieur en ville, le père travaillait dans un centre commercial. Leur fils de quatre ans, Domir, était à la maternelle et jouait au football dans un club local, sa sœur de huit ans son aînée allait à l'école.

Ils ont décidé de quitter la ville le premier jour de la guerre. Leur premier voyage les a menés à Tiraspol, en Moldavie. Ils y sont restés un mois, dans l'espoir de préparer les papiers nécessaires à la poursuite de leur voyage vers Israël. Mais les papiers ne sont pas arrivés à temps et la famille a donc raté son vol.

La perplexité régnait alors. Que devaient-ils faire ? Où devaient-ils aller ? Où allaient-ils pouvoir commencer une nouvelle vie ? Heureusement, Svetlana a une amie d'enfance au Canada, qui soutiendra la famille autant qu'elle le pourra. Mais pour l'instant, Svetlana et son mari ont décidé d'aller en Roumanie pour mettre de l'ordre dans leurs documents de voyage.

Concordia Casa Iuda - un endroit pour reprendre son souffle

À Casa Iuda, Xenia s'est déjà fait une amie, une jeune fille de son âge qui fuit également la guerre avec sa mère et ses sœurs. Elles parlent beaucoup ensemble, se promènent, s'assoient ensemble sur la terrasse et échangent des photos sur leurs téléphones portables. Toutes des choses tout à fait normales, comme le font les enfants en temps de paix.

Son petit frère Domir s'occupe tous les jours dans la salle de jeux de Concordia. Les changements de ces derniers jours sont très difficiles et déroutants pour le garçon. Son équipe de football et son entraîneur lui manquent. "Qui sait si je les reverrai ?", dit-il tristement à sa mère.

Dans notre centre de transit à Bucarest, ils font maintenant de nouveaux projets pour l'avenir et une vie en dehors de l'Ukraine. "Nous devons regarder vers l'avant et ne pas nous laisser submerger par la peur et l'incertitude. Même si notre vie a radicalement changé, nous voulons un avenir paisible pour nous et nos enfants", déclare Svetlana.

14.04.2022 : Le plus grand souhait d'Arina : retourner en Ukraine

"Nous ne souhaitons qu'une chose : rentrer chez nous. Nous espérons vraiment pouvoir retourner bientôt à notre ancienne vie en Ukraine. Je veux revoir mes proches, poursuivre mes études et aider à reconstruire mon pays après la guerre".

Arina et sa famille ne souhaitent rien de plus. Lorsqu'ils parlent de leurs parents et amis, on voit l'amour profond qu'ils éprouvent les uns pour les autres. Bien que la guerre les ait chassés de leur pays et qu'ils n'aient pu emporter que peu de choses, ils sont ensemble et en sécurité, et cela les soutient dans cette période difficile.

Avant de fuir, Arina a vécu et étudié à Kiev. Avec sa famille de sept personnes, qui vivait à Izmail, elle s'est mise en route pour la Roumanie. Ils ont d'abord trouvé refuge chez des personnes serviables. Mais ensuite, ils ont entendu parler du centre de transit de Concordia à Ploiesti et sont venus nous voir.

Pour nos collègues des pays voisins de l'Ukraine, il s'agit d'une situation difficile. D'un côté, ils sont heureux que nous puissions offrir aux familles de réfugiés un endroit où dormir, des repas chauds, les soins nécessaires et un lieu pour reprendre leur souffle. D'autre part, il est infiniment triste de voir combien de personnes apeurées doivent fuir leur patrie dévastée.

Chez Concordia, nous faisons de notre mieux pour offrir aux personnes traumatisées d'Ukraine un endroit sûr où se reposer et reprendre des forces. Nous avons besoin de votre soutien pour des personnes comme Arina et sa famille.

Aidez vous aussi

09.04.2022 : Une nouvelle vie pour une maison vide

Leurs maris les ont amenés aussi près de la frontière qu'ils le pouvaient. Olea, son bébé de trois mois Liia, son fils de 10 ans Marian et sa mère Valentina ont traversé la frontière à pied. Lorsque les fonctionnaires ont vu qu'ils avaient un si petit bébé avec eux, ils ont été autorisés à passer plus rapidement. "Il faisait froid et Liia criait fort. Nous avons vraiment eu de la chance d'être les premiers à monter dans le bus !".

On les a emmenés à Cimisheni, où ils ont été hébergés avec 15 autres fugitifs dans un local qui sert normalement de camp d'été aux jeunes. Pour la petite Liia, c'était beaucoup trop étroit et trop d'agitation. Trois jours plus tard, ils ont pris contact avec Viorica de CONCORDIA Moldavie, qui a organisé un hébergement pour les quatre dans notre maison à Bolohani. Ils y sont logés avec quelques autres familles, mais ont leur propre chambre et l'intimité nécessaire pour la petite. Liia peut ici soigner tranquillement son rhume, qu'elle a probablement attrapé pendant sa fuite.

Olea est heureuse de pouvoir encore allaiter sa fille et de reprendre des forces ici pour bien s'occuper de son bébé. Quand elle pense à l'Ukraine, à son mari, à ses proches qui sont restés là-bas, elle est reconnaissante qu'Odessa ne soit pas encore sous le feu des bombes.

Marian est en 4e année et participe à l'enseignement en ligne cinq jours par semaine. Pendant son temps libre, il joue avec les autres enfants et les chiens qui vivent dans la maison. Sa grand-mère Valentina cuisine avec les autres réfugiés dans la cuisine, ils échangent leurs pensées, leurs idées et leurs craintes et se soutiennent également mutuellement. "S'il vous plaît, dites à tout le monde à quel point nous sommes reconnaissants. Je vous remercie du fond du cœur ! Je ne sais pas ce que nous aurions fait sans l'aide de vos organisations".

Une nouvelle vie pour une maison inoccupée

La maison dans laquelle la famille a trouvé refuge était une maison familiale qui a été fermée il y a quelque temps et devait être vendue. Avec l'arrivée des réfugiés, l'ancienne gérante Daniela a été rappelée. Elle a rapidement trouvé des moyens peu coûteux de remédier aux défauts de la maison et de l'entretenir.

En Moldavie, on est persuadé que tout arrive pour une raison. Le fait que cette maison n'ait donc pas encore été vendue était, pour les collègues moldaves, un signe que Dieu voulait la garder pour les Ukrainiens.

Soutenez-nous avec votre don

05.04.2022 : Quand la maison est détruite et les chiens tués  

Les animaux aussi sont des membres de la famille que l'on ne veut pas laisser derrière soi pendant la fuite. Mais le sauvetage ne réussit pas toujours. Une famille de Mykolaiv nous raconte son histoire.

Olena, Anna, Antonina, Natalia, Oleg et Vladimir - avec leurs deux chats, Dasha et Masha, ils forment une grande famille qui a dû fuir l'Ukraine. Mamie Olena vivait avec ses enfants et sa petite-fille Antonina dans la ville de Mykolaiv, dans le sud de l'Ukraine, jusqu'à ce que sa maison soit détruite par un obus. La famille a miraculeusement pu se sauver à l'air libre, mais ses deux chiens adorés n'ont pas eu autant de chance : ils sont morts dans les décombres de leur ancienne maison.

Les deux mères, Olena et Anna, se sont mises en quête d'un endroit sûr, plein de peur et de stress, avec les enfants et leurs pattes de velours. Et maintenant, elles sont chez nous en Bulgarie, où elles ont la possibilité de réfléchir tranquillement à la suite de leur vie. Elles sont en contact permanent avec leurs maris qui, comme tant d'autres, sont restés en Ukraine. "Mais nous ne savons pas si nous nous reverrons un jour", souligne Anna avec des yeux tristes.

Les chatons doivent eux aussi se remettre du choc des derniers jours. C'est pourquoi Vladimir, 14 ans, les promène en laisse par sécurité, la peur qu'ils s'enfuient étant trop grande. À la vue de ces adorables tigres, nos collègues de la maison Concordia ne peuvent pas résister et se précipitent pour les caresser et les nourrir - car chez nous aussi, les animaux domestiques sont soutenus autant que possible.

On est surtout reconnaissant pour l'aide apportée

Anna et Olena sont incroyablement reconnaissantes envers les nombreux bénévoles qui les ont aidées pendant leur fuite de la zone de guerre. Leur chemin les a d'abord menés en Moldavie, puis en Bulgarie via la Roumanie, où ils sont désormais arrivés dans notre centre de transit.

La famille ne sait pas encore ce qu'il adviendra d'elle. Il est encore trop tôt pour cela - ils ne sont chez nous que depuis quelques jours. Tout le monde espère que la guerre se terminera bientôt. Mais le chemin du retour est très flou pour eux - car ils n'ont plus de maison où retourner.

Aidez vous aussi !

 

Concordia Bulgarie

Outre la Moldavie et la Roumanie, nous nous occupons également des réfugiés ukrainiens en Bulgarie. La plupart d'entre eux ne restent que quelques jours et continuent ensuite leur voyage pour rejoindre des parents dans différents pays européens. Chez Concordia, ils reçoivent un logement, des repas chauds, des vêtements, un soutien psychologique, des premiers soins et un accompagnement vers les institutions. Tous les services sont adaptés aux besoins individuels des personnes qui viennent chercher de l'aide chez nous.

31.03.2022 : Personne ne peut survivre avec 25 euros par mois

"Nous sommes partis parce que, nuit après nuit, nous entendions les sirènes. Et à chaque fois, mes enfants se réveillaient et pleuraient... A un moment donné, nous pouvions déjà voir les navires de guerre avec les jumelles, et nous avons pensé que s'ils se dirigeaient vers notre village, notre village n'existerait plus longtemps".

Alexandra* a trois jeunes enfants - Pavel* (4 ans), Ania* (3 ans) et Olena* (1,5 an) - et a décidé de quitter l'Ukraine avec eux peu après le début de la guerre. Ses parents sont restés à Odessa et son mari s'est engagé dans l'armée. Début mars, elle a trouvé quelqu'un pour les emmener à la frontière moldave, à Palanca.

Environ cinq kilomètres avant la frontière, les enfants n'ont pas pu tenir dans la voiture et, malgré le froid et la bruine, ils ont continué à pied. Leur mère et leur mari les accompagnent encore, mais il faut ensuite se dire au revoir - des adieux pleins de larmes, quand on ne sait pas quand on se reverra.

Comment ils ont trouvé le chemin de Concordia

Malgré la situation difficile, Alexandra semble aujourd'hui joyeuse et calme. Pendant que sa fille joue, ses fils viennent régulièrement lui poser d'innombrables questions et lui parler d'eux. Pavel aimerait devenir plus tard photographe ou médecin, dit-il avec assurance, tandis que sa mère souligne à quel point elle est fière de lui.

Avant de venir chez Concordia, elle ne savait pas où aller. "Un homme s'est approché de moi et m'a proposé de nous emmener partout, mais je ne connais personne ici et je ne savais pas où aller. Il m'a dit de ne pas m'inquiéter et a cherché une solution dans les groupes Facebook moldaves. Une femme a ensuite voulu nous héberger, mais j'aurais dû payer les charges et la nourriture, et je ne peux pas me le permettre. Je ne reçois que 25 euros d'aide par mois pour ma plus jeune fille, nous n'irons pas loin avec ça".

Finalement, son aide a trouvé Concordia et a dit à Alexandra qu'il y avait un logement où tout était couvert. Elle n'y croyait pas au début. Lorsqu'elle est arrivée chez nous dans la nuit, vers 2 heures du matin, elle était épuisée mais pleine d'espoir. Le lendemain, elle a fait la connaissance de notre équipe. Outre une chambre, elle reçoit chez nous tout ce qu'un foyer peut offrir - des repas chauds, des vêtements, un soutien, des soins et même un peu de joie. Elle vit avec ses enfants depuis déjà trois semaines chez nous, les petits se sont déjà fait des amis avec lesquels ils jouent et vont ensemble au jardin d'enfants.

Pour finir, Alexandra révèle ce qui la réjouit le plus : "Au cours des sept derniers jours, ma petite fille ne s'est plus réveillée en pleurant au milieu de la nuit et mon fils n'a plus peur lorsqu'il entend les sirènes". Il est agréable d'entendre que les quatre ont pu se reposer ici et trouver un petit peu de paix.

*tous les noms ont été modifiés

29.03.2022 : Sofia et son grand talent

Il y a peu, cette jeune femme talentueuse a fait une halte chez nous. Sofia a dû laisser derrière elle son piano bien-aimé et la vie qu'elle s'était construite en Ukraine. Cette pianiste passionnée a déjà participé à de nombreux concours là-bas et une grande carrière l'attend. 

Il y a quelques jours, elle est arrivée avec sa mère dans notre centre en Roumanie. Ici, elle a d'abord pu se reposer, manger quelque chose et remettre de l'ordre dans ses idées. Mais lorsqu'elle a découvert notre piano, elle n'a pas hésité à en jouer pour le personnel et les résidents. Pendant les quelques heures qu'elle a passées chez nous, elle a aidé là où elle le pouvait, a emballé des dons en nature et a beaucoup parlé avec d'autres Ukrainiens. 

Nous souhaitons la remercier pour sa merveilleuse musique et pour son courage. Car il est effrayant d'être contraint d'abandonner toute sa vie et de recommencer ailleurs. Sofia nous a montré ce que cela signifie de ne pas se laisser abattre. Avec sa mère, elle se met maintenant en route pour l'Allemagne.

Concordia a transformé certains logements sociaux roumains en centres de transit pour les Ukrainiens qui ont besoin d'un endroit chaud, d'un repas et d'une assistance jusqu'à ce qu'ils décident de ce qu'ils veulent faire ensuite. Les fugitifs ukrainiens qui arrivent en Roumanie sont accueillis avec dignité et chaleur. Nous voulons leur donner les moyens de respirer, de faire de nouveaux projets ou de se réunir avec leur famille. 

Aidez vous aussi

25.03.2022 : Les sirènes en boucle nous empêchent de dormir

Samedi, Bernhard Drumel et Ulla Konrad visitent encore notre centre de crise à Cosauti, dans le nord de la Moldavie, juste à la frontière ukrainienne.  

Nina, notre directrice de longue date, nous parle des sirènes qui se font entendre presque en permanence pendant la nuit. Bien qu'il n'y ait pas (encore) de combats à proximité, l'alarme semble tout de même être permanente dans tout le rajon - peut-être parce que les sirènes sont interconnectées. Pour les enfants et les adultes qui vivent dans le centre Concordia, c'est un stress particulier. Personne ne peut dormir toute la nuit, c'est tout simplement trop bruyant. Une terreur du sommeil sans lutte concrète - également un phénomène de cette situation terrible. 

Pont aérien prévu vers l'Autriche 

Pendant la journée et les soirées, nous nous concertons avec des partenaires, notamment l'ambassade d'Autriche, Kindernothilfe, Don Bosco, Caritas, DonauSoja et la Croix-Rouge internationale. Il s'agit maintenant de se coordonner encore davantage afin de soutenir au mieux les personnes dans cette situation d'urgence humanitaire. Bientôt, il y aura aussi un pont aérien pour les fugitifs vers l'Autriche, où Concordia jouera un rôle d'intermédiaire efficace.

Nous pouvons justement nous appuyer sur notre longue expérience dans ce pays. Depuis 2004, nous y aidons les plus vulnérables, dans 50 endroits différents, répartis dans tout le pays.

Nous avons profité de ces journées avec les directrices nationales de Concordia Moldavie, Tatiana Balta et Viorica Matas, pour nous mettre en bonne position pour les semaines et les mois à venir. Pour les mères et les enfants d'Ukraine, pour le soutien de ces personnes dans nos régions prioritaires qui aident concrètement alors qu'elles ne possèdent pas grand-chose elles-mêmes et, bien sûr, toujours pour les enfants, les jeunes, les familles et les personnes âgées dont nous nous occupons durablement. Avec une inflation de 27%, une augmentation énorme des prix de l'alimentation et du gaz, ce sont justement les plus pauvres qui auront besoin de notre aide de toute urgence.

23.03.2022 : De nombreuses personnes en fuite sont actuellement à court d'argent

Le directeur Bernhard Drumel et la présidente du comité Ulla Konrad nous parlent de leurs multiples rencontres et de la manière dont Concordia soutient efficacement les personnes en fuite en plus de son programme en cours en Moldavie.

A Tudora, à proximité de notre centre, vivent deux femmes qui se sont rencontrées ici, avec trois enfants au total. Elles restent chez nous parce que leurs maris sont encore à Odessa. L'une d'entre elles est entrepreneuse et propose de se rendre 'utile'. Beaucoup de gens manquent d'argent en ce moment. Dans les prochains jours, nous lui donnerons la possibilité de soutenir d'autres mères ukrainiennes, surtout celles qui viennent d'arriver. Et ainsi les soutenir financièrement. Tout comme d'autres mères qui veulent devenir actives tant qu'elles tiennent le coup ici. 

Alors que nous sommes devant la maison, un homme âgé passe, un voisin, il s'appelle Igor. Il raconte qu'il est originaire de Russie, qu'il a ensuite travaillé à Odessa et qu'il vit maintenant ici depuis de nombreuses années. Il nous demande si les mères et leurs enfants sont en sécurité. Nous pouvons le rassurer. Depuis quelques jours, il fournit aux femmes du bois, qui est actuellement une denrée rare. Pour rendre quelque chose, comme il dit... 

Une maison vide pour abriter des familles ukrainiennes

Le lendemain, nous nous rendons à Bolohani, à une heure au nord de Chisinau. Un village de rêve où nous pouvons mettre à disposition une grande maison vide, pouvant accueillir jusqu'à 20 personnes. Quatre familles vivent ici, en provenance d'Odessa et de Kiev, certaines depuis des semaines, d'autres viennent d'arriver. Ici aussi, les hommes sont encore à la maison, deux en attente, deux prêts à se battre. Chez nous, tous veulent d'abord rester, ils ne sauraient pas non plus où aller.

La petite Tatiana, âgée de trois mois, prend tout de suite contact avec nous, puis, après un certain temps, Vadim, quatre ans, qui s'est d'abord caché entre ses grands-parents. Sa mère raconte que les enfants ont joué à la guerre les trois premiers jours. Sa façon à elle d'assimiler ce qu'elle a vécu.

La situation en Transnistrie est actuellement calme, à Odessa, on s'est préparé à une attaque, le port est miné, les barrages antichars sont en place. Quatorze navires russes croisent sur une mer agitée en mer Noire. En cas d'attaque sur Odessa, on estime que 200.000 personnes supplémentaires fuiront l'Ukraine vers la Moldavie dans les plus brefs délais.  

UKRAINE AIDE D'URGENCE
Faire un don maintenant.

22.03.2022 : Veronica, la femme du moment

Bernhard Drumel, directeur général de Concordia, et Ulla Konrad, présidente du conseil d'administration, se rendent en Moldavie, où ils vont directement à la frontière entre la Moldavie et l'Ukraine, à Tudora et Palanca. Là, ils rendent visite à Veronica, la directrice du centre multifonctionnel.

Veronica est l'une de nos "femmes de l'heure" et la cheville ouvrière de la coordination des réfugiés à Tudora et Palanca. "Ceux qui passent la frontière peuvent venir chez nous", nous dit-elle. "Cela arrive aussi plusieurs fois par jour. Je nous considère ici comme un centre d'information, un centre d'accueil, un centre de coordination et aussi comme ceux qui peuvent trouver et proposer des solutions locales. Que ce soit temporairement ou à plus long terme. Jusqu'à il y a quelques jours, les soins médicaux étaient un gros problème. Suite à cela, nous avons mis une maison à disposition avec d'autres organisations et les maires que j'ai appelés".

Dans notre centre de Tudora, il y a toujours des enfants ukrainiens avec leur mère le matin. Les enfants jouent ou participent même à des cours en ligne à partir d'ici. Les mères reçoivent un soutien psychosocial. L'après-midi, les enfants moldaves viennent également au centre de jour et jouent avec les enfants réfugiés. "Pour nos enfants moldaves, le programme doit se poursuivre aussi normalement que possible. Tout comme pour nos personnes âgées. C'est très important pour nous", souligne Veronica.

 

Avec son réseau de maires répartis sur le rajon de Ștefan Vodă, Veronica a déjà hébergé près de 1 000 réfugiés. Environ 2.000 réfugiés vivent actuellement dans l'ensemble du rajon, l'un des plus pauvres de Moldavie. Beaucoup d'entre eux sont hébergés chez des particuliers, où les gens, qui ne possèdent déjà pas grand-chose, se serrent les coudes pour faire de la place aux Ukrainiens.

La volonté d'aider est écrasante, mais à long terme, un soutien financier est nécessaire.

Nous apprenons en outre que de nombreux voisins sont des personnes extrêmement serviables. Mais à la longue, ils se heurteront à leurs limites - surtout en ce qui concerne les possibilités financières : "L'essence est de plus en plus chère et j'ai souvent besoin de services de transport. Personne ne dit encore non. Il faut aussi du bois, beaucoup de bois. Pour le chauffage, pour la cuisine. Mais le bois aussi est très coûteux".

Tout se fait actuellement à titre gracieux. "Cela doit bientôt changer", dit Veronica. "Nous ne pouvons pas toujours demander des services aux gens". Concordia est en train de préparer un soutien matériel efficace pour cette soi-disant 'communauté d'accueil', afin de pouvoir compter plus longtemps sur sa serviabilité.

UKRAINE AIDE D'URGENCE Faire un don maintenant.
 

Nous aidons et nous restons !

Tudora et le rajon Ștefan Vodă resteront notre principale zone d'intervention dans la crise des réfugiés. Concordia y travaille depuis de nombreuses années, et c'est surtout grâce à des personnes comme Veronica qu'une profonde confiance s'est établie ici. Nous pouvons nous appuyer sur cette confiance pour apporter une aide efficace.

Et les gens ici savent : Même après cette crise, Concordia sera là pour eux. La porte de notre centre de Tudora est toujours ouverte aux personnes en détresse.

21.03.2022 : Nous sommes sur place et à l'écoute

Le directeur général de Concordia, Bernhard Drumel, et la présidente du conseil d'administration, Ulla Konrad, nous parlent de leur voyage à Bucarest, en Roumanie, au cours duquel ils ont visité le centre de transit de Concordia pour les réfugiés ukrainiens :

La maison Concordia Iuda a toujours été très vivante et a une histoire longue et variée. Outre les logements sociaux, notre Concordia Academia y est actuellement active. Et maintenant, pendant ces quelques semaines, la Casa Iuda s'est transformée en quelque chose de tout à fait nouveau.  

Stefania et son équipe ont créé en très peu de temps 46 places de couchage pour les personnes en fuite, qui sont sans cesse remplies. La maison est désormais également devenue un centre de transit et donc un lieu de rencontre vivant pour les personnes qui sont de passage. Un "magasin pour tout" sporadique a été installé dans le couloir, avec des dons en nature, des vêtements, des produits d'hygiène, etc.

L'équipe de Stefania est principalement composée de jeunes bénévoles - habitants des logements sociaux qui s'y trouvent également. Ils travaillent à l'extérieur de Concordia, "mais ils aident à chaque minute de libre. Deux d'entre eux ont même pris des vacances supplémentaires maintenant. Maintenant qu'il y a tant de choses à faire chez nous", raconte Stefania, qui ne se lasse pas de féliciter ses aides.

Sur place, nous profitons de la possibilité de parler avec les hôtes réfugiés. Une traductrice, qui est aussi psychologue, nous aide à le faire. Elle est originaire de Russie, dit-elle au début, un peu gênée, comme si elle devait s'excuser tout de suite. Et pourtant, elle fait aussi de cette place un petit pont jeté par des personnes des deux pays qui veulent la même chose - une cohabitation pacifique.

Au début, nous ne sommes qu'un petit groupe assis ensemble, mais au fil du temps, nous sommes de plus en plus nombreux. Au final, près de 20 personnes partagent leurs histoires avec nous.

Nous rencontrons une mère et ses trois enfants, ainsi que leurs grands-parents. Lorsque la guerre a éclaté, elle était en train de suivre une formation à Copenhague et ses enfants étaient chez leurs parents. La mère est ensuite rapidement retournée en Ukraine, a récupéré ses enfants et ses parents et ils sont maintenant en route "pour l'Europe". Elle veut aller à Copenhague avec ses enfants, les grands-parents en Allemagne. Au cours de la conversation, il apparaît qu'ils ont des ancêtres en Autriche... peut-être que l'Autriche serait une option.

Une deuxième femme est arrivée ce matin avec sa fille. Chez elles, l'expérience de la fuite d'Odessa est encore très présente. Pendant l'entretien, des larmes coulent régulièrement sur le visage de la mère.

Une jeune pédagogue est là depuis quelques jours avec sa mère. La mère commence son histoire en nous posant une question : "Dites-moi, d'où viennent les gens qui travaillent chez vous ? D'où viennent ce grand engagement, cette sollicitude et cette attention ?

La plupart de nos hôtes sont des femmes avec des enfants. Mais il y a aussi des hommes. L'un d'entre eux est en route pour la Finlande avec son enfant handicapé. Deux autres - âgés de 23 et 39 ans - vont "à contre-courant". Ils attendent encore un troisième ami et veulent ensuite se rendre ensemble à Odessa pour 'défendre leur pays'. C'est à ce moment-là que le groupe se calme, que l'ambiance devient angoissante. Il faut le faire', la détermination des deux jeunes hommes ne tolère aucune contradiction, même en eux-mêmes.

A la fin de la discussion, tous veulent en savoir plus sur Concordia. "Qui est cette organisation qui nous a accueillis si chaleureusement ?". Elena leur parle de nous. Et de rire : "L'esprit Concordia sera porté dans toute l'Europe grâce à ces personnes et à leurs histoires. C'est une goutte d'humanité bienfaisante dans cette folie".

UKRAINE AIDE D'URGENCE Faire un don maintenant.

17.03.2022 : Des familles de réfugiés ukrainiens trouvent refuge dans nos maisons en Moldavie

Depuis le début de la guerre, Concordia a pu mettre en place sept abris d'urgence en Moldavie pour accueillir les réfugiés. Certaines familles ne restent qu'une nuit avant de partir pour la Pologne ou l'Allemagne. Mais beaucoup restent ici, souhaitant attendre la fin de la guerre et ne pas trop s'éloigner de chez eux. C'est le cas de la famille de Tina.

"Nous avons été accueillis à bras ouverts"

Tina s'est réfugiée chez nous début mars avec sa mère et ses trois plus jeunes enfants - Valeriia, Oleksandr et Veronika, âgés de 2, 4 et 8 ans. Ses deux fils adultes (19 et 23 ans) sont restés à Odessa.

Tina espère qu'ils pourront bientôt rentrer chez eux et ne souhaite pas déménager dans un autre pays comme d'autres familles : "Chez Concordia, nous nous sentons les bienvenus. Les Moldaves nous ont accueillis à bras ouverts. Tant que tout va bien, nous voulons rester ici jusqu'à ce que nous puissions rentrer chez nous, à Odessa. Je suis tellement inquiète pour mes fils que j'ai hâte de les revoir".

"Il est parti travailler et n'est jamais rentré"

Inesa est dans le même cas, elle se souvient de la première nuit de guerre comme si c'était il y a des heures : "J'ai allumé la télévision et quand j'ai vu le discours de Poutine, j'ai su que la guerre commençait. Mon mari a mis son manteau et s'est rendu au travail sans questions ni hésitations, car l'armée est là pour ça - pour défendre le pays. Il est allé travailler et n'est pas rentré à la maison". Peu après, les explosions ont commencé.

Une trousse d'urgence était déjà prête, alors Inesa a réveillé sa fille de six ans, Karina, et a décidé de lui dire la vérité, à savoir que la Russie attaquait l'Ukraine et qu'ils devaient fuir. Inesa a essayé de rassurer sa fille, de garder courage et a dit que tout irait bien. Mais Karina a alors demandé : "Maman, ils ne vont pas tuer papa ? "Papa trouvera la paix dans son cœur quand nous serons tous les deux en sécurité", répondit tristement Inesa. Et c'est ainsi qu'ils se sont mis en route pour la Moldavie, dans l'une de nos maisons Concordia.

Actuellement, de nombreuses familles ukrainiennes trouvent refuge dans nos abris d'urgence en Moldavie. Concordia fournit des colis alimentaires, des couches, des produits d'hygiène, des draps, des serviettes, des vêtements, des chaussures et tout ce qui est nécessaire pour que des familles comme celle de Tina et Inesa se portent bien. Chaque semaine, nous distribuons des dons et relevons les défis quotidiens, comme trouver du bois de chauffage pour les maisons.

UKRAINE AIDE D'URGENCE Faire un don maintenant.

La Moldavie, un État d'environ deux millions et demi d'habitants, est le plus petit et le plus faible des pays voisins de l'Ukraine sur le plan économique, mais selon le HCR, elle a accueilli plus de réfugiés ukrainiens que tout autre État, si l'on se réfère à sa propre population.

14.03.2022 : A chaque coup de feu, la peur augmente et à un moment donné, il faut se décider à partir

"Nous pouvions entendre les tirs et les impacts à l'extérieur lorsque j'ouvrais les fenêtres de la maison. Quand on entend les bruits de la guerre de si près, la peur grandit et à un moment donné, il faut se décider à partir...", raconte Olga, qui vivait jusqu'à récemment à Odessa, les larmes aux yeux.

De plus en plus d'Ukrainiens fuient vers les pays voisins, comme Olga et son fils de cinq ans, Vladimir. Ils sont arrivés récemment au campus roumain Concordia Edu de Ploiesti, où ils peuvent souffler un peu après avoir fui l'Ukraine, avant de poursuivre leur route vers l'Allemagne. Le sommeil qu'ils ont pu rattraper ces deux dernières nuits leur fait du bien. Avant cela, leur premier voyage les a menés à Chisinau en Moldavie, d'où ils voulaient s'envoler pour l'Allemagne. Mais l'espace aérien au-dessus de la Moldavie étant fermé, ils ont décidé de prendre le train pour Bucarest et de continuer leur voyage à partir de là.

Une autre possibilité pour Olga et Vladimir aurait été d'aller chez leur tante au Canada, mais l'idée d'être si loin de chez eux et de la famille qu'ils avaient laissée derrière eux était trop douloureuse pour Olga - et l'espoir de pouvoir retourner bientôt dans leur pays trop grand.

Avant de quitter précipitamment sa maison, Olga travaillait dans l'administration de l'université d'Odessa. Elle vivait avec son fils et son frère chez ses parents, deux médecins restés dans la zone de guerre pour faire de leur mieux jour et nuit à l'hôpital. Olga aussi aurait préféré rester chez elle, mais lorsque les tirs dangereux se sont rapprochés, elle a fait ses bagages avec Vladimir et ses affaires de première nécessité et est partie pour la Moldavie.

La fatigue, la tristesse et la peur se lisent sur le visage d'Olga. Peur de ce qu'il adviendra d'elle et de son fils, peur pour ses parents et son frère qui est parti servir son pays, un pays où ils veulent tous se revoir bientôt.

Vladimir ne comprend pas encore ce qui se passe, pourquoi ils ont quitté grand-mère et grand-père. Olga ne lui a pas encore dit grand-chose sur la guerre, juste qu'ils doivent faire un voyage. Peut-être lui en dira-t-elle plus lorsqu'ils se seront installés quelque part et qu'ils auront trouvé la paix. Mais que peut comprendre et supporter un petit garçon de cinq ans ?

Nous sommes heureux d'avoir pu les aider à reprendre leur souffle, à bien manger et à se reposer un moment. Dans toute la tristesse de la perte de sa vie et de l'adieu à sa famille, Olga trouve encore la force de sourire. Vladimir connaît lui aussi un peu de joie dans l'établissement Concordia : il a trouvé de nouveaux et de nouveaux compagnons de jeu sur l'aire de jeux que nous avons organisée pour les enfants réfugiés.

Nous espérons qu'Olga et Vladimir s'adapteront bientôt à l'Allemagne. Que tout sera réglé le mieux possible pour eux dans le lieu où ils resteront un certain temps. Pour peu de temps ou pour longtemps. Qui sait quand la guerre prendra fin ?

09.03.2022 Roumanie : centres de transit Concordia pour les réfugiés ukrainiens

Notre pays de projet, la Roumanie, est lui aussi directement limitrophe de l'Ukraine. Ici aussi, des situations dramatiques se produisent aux postes-frontières, dans les gares et les aéroports. Des gens qui arrivent complètement épuisés, qui ne savent pas où aller, qui s'effondrent tout simplement.

C'est le cas de Karina* (19 ans), Tamara (22 ans) et de leur mère Katia (45 ans). Elles sont arrivées au centre de transit Concordia de Bucarest le jour de la journée internationale de la femme. Il y a quelques jours encore, elles tenaient un petit café dans leur maison de Nikolaïev, dans le sud de l'Ukraine. Mais elles ont dû fuir la guerre et rien n'est plus comme avant. Le centre de transit Concordia est une étape intermédiaire qui leur permet de souffler un peu avant de se rendre chez des parents en Géorgie.

Les trois ne savent pas encore ce qu'ils feront en Géorgie, mais ils savent qu'ils seront au moins en sécurité. Ils se sentent également en sécurité au centre Concordia, où ils disposent pour quelques jours d'une chambre avec trois lits, des draps propres, des repas chauds et de l'eau chaude pour se laver.

"Nous sommes très reconnaissants de la manière dont nous avons été accueillis ici, de l'hospitalité et de la nourriture que l'organisation nous a offerte gratuitement. Et nous vous souhaitons à tous de ne jamais avoir à subir ce que le peuple ukrainien est en train de vivre", déclare Katia, mère de deux filles.

Elles espèrent que la guerre se terminera bientôt et qu'elles pourront rentrer chez elles, car elles ne peuvent pas s'imaginer vivre ailleurs que dans leur belle ville de Nikolaev.

*Le nom a été changé

UKRAINE AIDE D'URGENCE Faire un don maintenant.

 

Une collaboration étroite est nécessaire

Les organisations humanitaires travaillent en étroite collaboration pour coordonner l'afflux de réfugiés et une aide rapide. Concordia Roumanie fait partie d'un réseau de 30 organisations d'aide en Roumanie, qui ont pris en charge différentes tâches dans cette situation d'urgence afin d'aider rapidement les personnes.

Avec l'ouverture de centres de transit Concordia pour les réfugiés ukrainiens à Bucarest et à Ploiesti, nos collègues peuvent actuellement fournir un hébergement, de la nourriture et un soutien psychosocial à 86 personnes. Le soutien émotionnel de ces personnes, qui se sont réveillées d'une seconde à l'autre en pleine guerre, est l'un des aspects les plus exigeants de l'activité de nos collègues ces jours-ci.

07.03.2022 : Vera* et son fils Andrei* ont fui Odessa et franchi la frontière à Palanca

Ces jours-ci, ce sont surtout des femmes et des enfants qui traversent la frontière vers la Moldavie en quête de protection. Dans le village moldave de Ruseștii Noi, dans l'un de nos centres d'hébergement, ils sont en sécurité.

Vera*, son mari et ses deux fils habitaient au 7e étage d'un immeuble près de l'aéroport d'Odessa lorsqu'ils ont vu les missiles traverser le ciel.

"Même si l'explosion avait lieu à 50 km de là, on pouvait sentir immédiatement l'impact et la secousse. C'était épouvantable. A partir de là, tu vis dans la peur, tu entends constamment des drones, des sirènes, des coups de feu. Tu habilles les enfants et tu descends à la cave en quelques secondes comptées, tu dors dans le couloir de l'immeuble pour mettre ta famille à l'abri, et tu sens que tes nerfs ne peuvent plus le supporter. Tu regardes sur Internet et tu vois que tes connaissances à Herson (une ville du sud de l'Ukraine) sont encore plus mal loties, tu vois comment elles survivent dans ces conditions et tu comprends que tu es bien par rapport à elles... alors que pour toi, c'est déjà l'enfer".

Andrei*, leur fils de 3 ans, a pensé que c'était un feu d'artifice, tandis que Yuri* (15 ans), choqué, a pleuré et leur a demandé de tout emballer et de s'enfuir vers un autre pays. Après une semaine d'espoir et d'angoisse, Vera a préparé un sac à dos et ses enfants pour les emmener en sécurité en République de Moldavie. Son mari est resté en Ukraine, comme beaucoup d'autres. Le plus triste, c'est que le petit Andrei ne comprend toujours pas où se trouve son père. Jusqu'à hier, il l'aidait à s'endormir tous les soirs, et maintenant il n'est plus là.

Arrivés à la frontière, Vera et les enfants ont été pris en charge par nos collègues de Concordia Moldavie et accueillis dans un centre d'hébergement : dans notre centre d'hébergement temporaire de Ruseștii Noi, où nous prenons en charge les enfants et les jeunes qui ne peuvent pas vivre avec leurs parents, un étage a été mis à disposition pour l'hébergement des mères réfugiées et de leurs enfants. Elles peuvent y rester pour le moment.

Vera est actuellement l'une des cinq mères. Elles se soutiennent mutuellement et leurs enfants jouent ensemble. Pour l'instant, elles sont en sécurité. *Les noms ont été modifiés.

04.03.2022 : Le petit village de Tudora devient une plaque tournante pour les réfugiés ukrainiens

Alors que le gouvernement moldave demande à être admis dans l'Union européenne, des milliers de réfugiés ukrainiens continuent d'affluer chaque jour à la frontière près de Palanca, où nos collègues sont à l'œuvre depuis plusieurs jours. La plaque tournante des premiers soins aux réfugiés ukrainiens est le centre multifonctionnel Concordia dans le petit village de Tudora.

Le village le plus proche du poste frontière de Palanca s'appelle Tudora. C'est là que Concordia soutient depuis de nombreuses années la population rurale appauvrie. Les maisons de Tudora sont à moitié délabrées et souvent abandonnées, les conditions de vie des personnes restées sur place sont alarmantes. Rares sont celles qui ont l'eau courante. Ceux qui vivent ici sont principalement des personnes âgées avec des enfants, dont les parents sont partis à l'étranger pour assurer au moins le minimum pour la famille.

Et voilà que tout à coup, il se passe quelque chose à Tudora : et la seule institution sociale du village - notre centre multifonctionnel - est également devenue un centre d'approvisionnement pour les nombreux réfugiés ukrainiens désespérés. Beaucoup d'entre eux ont dû rester de longues heures dans le froid à la frontière.

"Il n'y a pas de bancs, pas de chaises. Les autorités ont certes promis de construire un tunnel couvert pour les protéger de la pluie et de la neige, mais cela n'a pas encore été fait. De nombreux réfugiés n'ont pas de bonnet, pas de gants et ont froid en attendant leur tour. Le moins que nous puissions faire est de leur donner quelque chose de chaud", explique Veronica, la directrice du centre multifonctionnel Concordia à Tudora.

Pour le moment, tous les villageois et tous les volontaires sont impliqués dans l'aide via notre centre de Tudora. Tous ceux qui le peuvent apportent leur aide. "Nous aidons avec tout ce que nous avons, mais bientôt nous n'aurons plus rien. Aujourd'hui, chaque maison de Tudora est pleine". - ajoute Veronica, qui, outre la grande volonté d'aider qui prévaut, exprime également les inquiétudes des habitants de la République de Moldavie : "Les gens sont inquiets, mais nous leur conseillons de ne pas croire tout ce qu'ils entendent. Tout le village a peur que la guerre s'abatte sur nous si près de la frontière".

Actuellement, nous avons déjà hébergé plus de 120 réfugiés ukrainiens dans les maisons Concordia en République de Moldavie.

02.03.2022 : Guerre en Ukraine : des personnes passent la frontière moldave après des heures d'attente

Jour 6 de la guerre en Ukraine : des personnes passent la frontière moldave à Palanca après des heures d'attente.

Concordia Ukraine Aide d'urgence en République de Moldavie

  • aux frontières, lors de la réception et de la distribution de biens de première nécessité tels que nourriture, documents, etc.
  • dans l'organisation de centres d'accueil d'urgence pour les réfugiés.
  • livraison de denrées alimentaires au personnel frontalier
  • transport de personnes de la douane à Chisinau
  • mise en relation et organisation de bénévoles
  • possibilités d'hébergement nouvellement créées dans des bâtiments désormais vides, car nous avons rapidement emmené nos enfants et nos jeunes dans la capitale : Tudora, Bolohani, Nemteni, Rusestii Noi, Stauceni + Riscani.

28.2.2022 : Le rapport du ministère de l'Intérieur moldave fait état de 87 257 réfugiés

Selon le ministère de l'Intérieur moldave, un total de 87.257 Ukrainiens ont franchi la semaine dernière les frontières de Palanca, Tudora, Otaci et Criva pour se rendre en Moldavie. La moitié d'entre eux a poursuivi sa route vers l'ouest. L'autre moitié cherche pour l'instant une protection en République de Moldavie, et gère le choc des derniers jours. Beaucoup sont très inquiets pour leurs proches. Ce sont principalement des personnes âgées, des femmes et des enfants qui sont venus. Leurs fils, maris et pères sont restés dans le pays pour défendre l'Ukraine. 

En Moldavie, nos collègues sur place sont occupés 24 heures sur 24 à créer des places d'hébergement, à équiper les maisons et les chambres vides avec le strict nécessaire : Eau, électricité, gaz, Internet, lits, meubles. La volonté d'aider est grande dans le pays. Les téléphones portables de nos collègues moldaves sont actuellement en ébullition : de nombreux bénévoles se manifestent et apportent leur aide pour les premiers soins aux arrivants. 

"On entend parler de la guerre dans le pays voisin dans toute la Moldavie. La peur d'être soi-même envahi par la Russie est omniprésente". - rapporte notre directeur Bernhard Drumel, qui se trouve sur place ces jours-ci. 

Ludmila, notre collègue de la localité de Coșnița, à la frontière transnistrienne, qui s'occupe actuellement avec son équipe de sept enfants âgés de 3 à 16 ans, dit qu'elle préférerait avoir toujours sur elle tous les passeports des enfants afin de pouvoir partir le plus rapidement possible avec tous en cas d'insécurité. Elle a déjà stocké de l'eau et de la nourriture dans la cave. Elle se coucherait chaque nuit habillée, afin d'être prête à partir le plus rapidement possible. Mais sans les enfants ? Non, elle ne partira pas sans les enfants. 

Nous sommes très reconnaissants envers nos collègues moldaves qui, dans cette situation chaotique et tendue et malgré leurs propres craintes, gardent leur calme, apportent aux enfants et aux familles de nos institutions une stabilité et, dans la mesure du possible, des activités quotidiennes sûres et un sentiment de sécurité.

27.02.2022 : Ekterina raconte sa fuite

"Nous entendions des roquettes venant directement du village voisin. Et nous savions qu'il n'y avait pas d'abris antiaériens dans les environs. Qui aurait pensé que nous aurions un jour besoin d'abris antiaériens" ?

Il y a moins d'une semaine, Ekaterina et sa famille vivaient encore à Podgorie, un petit village ukrainien de la région d'Odessa. Aujourd'hui, ils sont pour la première fois en Moldavie, du côté sûr de la frontière. Mais le mari d'Ekaterina est toujours en Ukraine.

Elle, ses deux enfants et sa belle-mère sont arrivés en bus à la frontière, puis à pied. Après ces jours et ces heures terribles, ils sont maintenant en sécurité dans l'un de nos abris.

26.02.2022 : En Moldavie, la crainte est grande d'être bientôt touchée à son tour par la guerre.

Ce que personne ne voulait croire il y a quelques jours est malheureusement arrivé : les militaires russes ont entre-temps pénétré dans la capitale ukrainienne Kiev. Les gens se cachent chez eux, dans les caves et les stations de métro ; beaucoup tentent de s'enfuir par les frontières du pays. Jusqu'à présent, plus de 26.000 réfugiés ukrainiens sont arrivés en Moldavie. Selon les estimations, près de 70.000 personnes arriveront d'Ukraine par la frontière moldave.

La République de Moldavie et son gouvernement se montrent solidaires de l'Ukraine - un comité de crise s'est réuni hier sur l'accueil et l'aide humanitaire aux réfugiés ukrainiens - mais dans le même temps, les habitants du pays sont de plus en plus inquiets pour leur propre sécurité. La République de Moldavie est, avec le Kosovo, le pays le plus pauvre d'Europe et dépend elle-même de l'aide étrangère.
A la question posée par la télévision moldave de savoir combien de temps la République de Moldavie pourrait tenir contre la Russie, la présidente moldave Maia Sandu a ostensiblement regardé sa montre et a déclaré que "nous pourrions tenir 15 minutes".

En tant que plus grande ONG du pays, Concordia prend ses responsabilités dans la crise ukrainienne très au sérieux. Depuis hier, 25 février, Concordia Moldavie fait partie de la cellule de crise nationale sur la crise ukrainienne et offre une aide directe aux réfugiés ukrainiens. Le personnel de Concordia et de nombreux bénévoles aident à la distribution de l'aide et à l'hébergement des personnes en fuite ; fournissent des services de transport depuis la frontière jusqu'à la capitale moldave, Chișinău, ainsi que des repas pour le personnel frontalier.

Il s'agit maintenant de prendre les mesures nécessaires le plus rapidement possible et de manière non bureaucratique afin d'apporter une aide d'urgence au plus grand nombre de personnes possible tout en veillant à la sécurité des enfants et des jeunes dans nos établissements.
Bernhard Drumel

24.2.2022 : Des fonds supplémentaires pour une aide rapide et l'hébergement des familles réfugiées

Les projets sociaux de Concordia ont réparti leurs installations sociales dans plus de 60 municipalités à travers la Moldavie. Cinq de ses centres sociaux sont situés à proximité immédiate de la frontière entre l'Ukraine et la Transnistrie. Depuis plusieurs jours déjà, on entend des tirs en l'air en provenance de cette région. Par mesure de précaution, les enfants qui y vivent et dont Concordia a la garde ont été transférés dans un centre d'hébergement temporaire à Chișinău. Dans les installations désormais vides, une première étape a consisté à mettre à disposition un total de 60 places de couchage pour les fugitifs. Beaucoup plus de personnes sont approvisionnées en nourriture et en eau par les collaborateurs de Concordia sur place.

L'approvisionnement en électricité et en gaz dans les centres situés près de la frontière transnistrienne constitue un défi particulier : l'approvisionnement, qui se fait via la Transnistrie, est régulièrement interrompu. Actuellement, il est encore possible de pallier les coupures grâce à des générateurs qui ont été obtenus au préalable.

Nous demandons d'urgence un soutien financier pour les personnes ukrainiennes en quête d'aide !

UKRAINE AIDE D'URGENCE Faire un don maintenant.

Newsletter Faire un don